Comment guérir efficacement la fièvre typhoïde ?

Très fréquente en Amérique latine, en Afrique, dans certaines régions asiatiques et en Europe de l’Est, la fièvre typhoïde est une maladie grave causée par des mauvaises habitudes d’hygiène. Elle peut aussi être causée par la consommation de l’eau et des aliments infectés par des bactéries et autres germes. Reconnue très dangereuse, cette maladie se diagnostique selon plusieurs symptômes et se guéri lorsque le sujet malade est vite pris en charge.

Quels sont les symptômes de la fièvre typhoïde ?

Nombreux sont les symptômes qui permettent de diagnostiquer la fièvre typhoïde chez un sujet suspect comme c'est indiqué ici. Tout au début, la fièvre typhoïde se manifeste par des douleurs abdominales, des malaises à répétition et une forte température comprise entre 39 et 40°C. Chez certaines personnes, on peut remarquer des hot spots qui sont de petites éruptions cutanées de couleur rouge sur la poitrine et l’abdomen du sujet malade. Lorsque cette maladie devient chronique, elle se manifeste par une diarrhée sévère, des frissons, des agitations, des troubles de l’attention, des délires et une fatigue sévère. Elle se signale également par une faiblesse inexpliquée, des hallucinations et un saignement de nez.

Comment traiter efficacement la fièvre typhoïde ?

Lorsque la fièvre typhoïde est diagnostiquée chez un enfant ou un adulte, elle doit être systématiquement prise en compte pour éviter qu’elle ne s’aggrave.

Pour faire descendre la température trop élevée, un traitement antipyrétique est indispensable. Ensuite il faut l’administration par voies intraveineuse de liquides et d’électrolytes qui sont des antibiotiques appropriés pour neutraliser les bactéries responsables de la fièvre typhoïde.

Et pour un traitement plus rapide et efficace, le sujet malade doit se mettre au repos, consommer des aliments sains et suivre rigoureusement les prescriptions médicales de son médecin. En ce qui concerne les médicaments qui luttent efficacement contre la fièvre typhoïde, il y a : le chloramphénicol, le triméthoprime, la céfotaxime, l’ofloxacine, la lévofloxacine, le cefoperazone, la ciprofloxacine et l’azithromycine.